Cet espace sera le mien.

J'y consignerai tout ce qui me passe par la tête, sans avoir peur de ce que les gens diront, de l'image que je renverrais.

Je ne me relirais pas, volontairement, pour ne pas revenir sur ce que je viens d'écrire... Ce sera lancé comme ça, de manière brute.

Il y aura donc des fautes, c'est sans importance.

Ce sera aussi décousu, un peu comme ce qui se passe dans ma tête en ce moment.

Mais ce sera vrai, du moins, je l'espère.

Etre vraie au moins une fois, sans fard, sans artifice

Dire tout ce qui me pèse, tout ce que je n'ose dire

Un espace de thérapie. Je dirais ici tout ce qui me passe par la tête ... J'y reviendrais peut être plusieurs fois dans la journée ou serais absence durant des jours.

Ne me jugez pas, pas ici ...

Ce sera mon journal intime, le journal intime d'une maman, d'une femme de presque 40 ans qui se pose des questions, qui est peut être proche du "burn-out" mais qui ose, pour une fois regarder la vérité en face.

La psy que j'ai consulté durant quelques séances avant les vacances m'a dit une phrase qui résonne encore et qui m'a fait cogiter : " vous acceptez beaucoup de choses depuis votre enfance sans jamais broncher. Pourquoi ? Vous n'avez jamais envie de dire stop ? De dire ce que vous ressentez ?

 

Non je ne m'y suis jamais véritablement donné le droit, jamais osé, mais jamais véritabelemnt posé la question non plus.

J'ai avancé. Tel un bon petit soldat. Ce petit soldat qui a toujours la pêche, toujours du bonne humeur, ce petiot soldat qui met du liant pour que tout se passe bien. ce petit soldat qui répond à l'image qu'on attend d'elle.

Mais attend-on vraiment quelque chose de moi ? O bien est ce moi qui me met cetet pression toute seule, pour faire plaisir, pour correspondre à un modèle de wonder woman qui gère tout sans jamais se plaindre ?

Je me conforte dans cette image de la mère parfaite, l'épouse parfaire, la femme parfaite. Je m'y suis confortée durant des années sans me poser une seule fois la question à savoir si c'était vraiment moi cette personne là ?

Est ce que cela m'a rendu heureuse ? Non je ne le pense pas.

Je ronge parfois mon frein sans jamais hurler.

Il va falloir que j'apprenne à hurler

 

Hier, ma fille ainée m'a demandé ce que j'avais... que je n'étais pas comme d'habitude. Non je n'étais pas comme d'habitude. Hier jsutement j'ai dit que ça n'allait pas, j'ai fait la tête, je parlais peu.

Hier j'avais envie d'être seule, toute seule. Alors je suis allée voir Blue Jasmine, le dernier Woody Allen... Ce film m'a parlé et m'a bouleversé. Cette femme qui perd tout, jusqu'à la raison. Cette femme emprisonnée dans une image de perfection et dont le monde s'écroule.